0-vitrine

(Workshop 2/6 mené par Guillaume Grall)

À partir d’un travail de documentation et de collecte iconographique sur un architecte et son travail (1), les étudiants sont invités à produire des grands formats selon des contraintes d’organisation (2) puis d’expression personnelle (3).

(1) Collecter

Par groupes de trois, les étudiants sont invités à choisir un architecte et se documenter sur son travail en rassemblant des textes, des images et des portraits. L’objectif de cette première journée est de constituer un dossier A4 (photocopies noir et blanc, reliure métallique, couverture par défaut) composé d’une sélection de documents iconographiques relatifs à l’architecte choisi. Les livres de la médiathèque constituent l’unique source de références. La réflexion est portée sur la progression narrative du dossier et sur la qualité de la reproduction des documents.

01

5 architectes ont été choisis par les 5 groupes de 3 étudiants :
Shigeru Ban
Lacaton & Vassal
Glenn Murcutt
Pier Luigi Nervi
Sanaa

(2) Organiser

Chaque étudiant se voit attribué un dossier au hasard. L’objectif de la journée est de rassembler dans un format A0 une sélection des documents iconographiques (textes, images, portraits) du dossier et de proposer une « architecture » graphique en rapport avec l’architecte, son travail et la nature des documents à disposition. Le dossier A4 constitue désormais l’unique source iconographique. Le travail s’opère en photocopie et à l’échelle du support de rendu final A0 (noir et blanc).

02

Comment organiser l’espace du A0 avec un nombre et une qualité de documents donnés? Comment gérer les changements d’échelle, de narration et de structuration?

2-ausol

2-Nervi

2-SanaaMurcutt

(3) Exprimer

Les dossiers A4 et les rendus A0 sont redistribués de manière aléatoire. Au final, chaque étudiant aura travaillé sur trois architectes différents. L’objectif de la journée est de produire une image synthétique, critique et plastique de l’architecte et de son travail, à partir des propositions des étudiants précédents. A partir d’images, de portraits et de textes (issus du dossier A4 initial), l’étudiant met en scène un point de vue sur l’architecte, selon des critères propres : critique, esthétique, fonctionnel, anecdotique, ludique, etc.

Comment passer d’un point de vue documentaire à la restitution graphique d’un point de vue spécifique sur un architecte et son travail ?

3-Sanaa1

3-LacatonVassal1

3-LacatonVassal2

3-Murcutt1

3-Murcutt2

3-Murcutt3

3-Murcutt0

La mise en place de l’exercice se voulait progressive et en rapport avec la méthodologie de communication de projet de troisième année : avant d’exprimer un point de vue, il faut commencer par se documenter et par organiser sa documentation et ses références. Dans un temps très court, trois jours, il fallait donc aller à l’essentiel et proposer des règles de jeu contraignantes et déjà orientées : utiliser les moyens du bord (photocopie, scan, collage, agrandissement, etc.) et surtout réfléchir à l’échelle du rendu. De cette urgence naît une certaine économie du rendu, mais aussi une véritable efficacité, énergique et sincère. Et de la contrainte ont émergées des propositions fortes et libérées.

Certaines propositions finales sont surprenantes par leur qualité et leur pertinence graphiques. En espérant que ces attitudes expérimentales se retrouveront l’année prochaine à travers les rendus de projet d’architecture.

3-affiches