Vue de l'installation "Arbores Laetae" des architectes Diller Scofidio+Renfro à la biennale de Liverpool en 2008

Un ensemble de coïncidences formelles font se rapprocher le travail d’artistes œuvrant dans et/ou sur l’environnement urbain avec l’installation « Arbores Laetae » des architectes Diller Scofidio+Renfro à la biennale de Liverpool en 2008.

Celle-ci consiste en la plantation de 17 arbres dont 3 sont situés sur des socles circulaires rotatifs, découpés dans le sol gazonné. À priori ludique, bon enfant et accessible, cette installation qui a demandé un développement technologique conséquent pour un résultat pourtant peu ostentatoire, nous fait entre autres nous poser la question du point de vue, de la mobilité, du cadrage, de l’instantanéité.

Sur un procédé identique, dans l’installation « Turning the Place Over » de l’artiste Richard Wilson, la découpe et la mise en rotation d’un cercle de façade d’un immeuble situé dans un centre ville nous offre la vision incongrue d’une réalité re-visitée et ré-interprétée. Ici, le visiteur est mis à distance et l’effet est plus spectaculaire, mais les mêmes notions d’inattendu, de pluralité d’angles de vision et de situation momentanée sont présentes.

De prime à bord assez trivial, ce rapprochement est somme toute assez amusant et peu devenir intéressant si on l’étend à d’autres artistes intervenant dans l’espace public.

Ainsi, lorsque l’on met en perspective ces interventions avec le travail d’artistes comme Georges Rousse, Felice Varini ou encore Gordon Matta-Clark, la relation à l’unicité (ou la multiplicité) du point de vue et la finalité formelle de certaines de leurs illusions optiques à grande échelle est flagrante. S’y ajoute l’idée d’une déambulation nécessaire pour bien saisir l’œuvre ainsi que la perpétuelle re-découverte de celle-ci suivant la position du spectacteur dans l’espace.

Tous ont en commun de jouer avec la démesure, le décalage, pour troubler notre vision et nous pousser ainsi à envisager de nouveau une situation qui nous paraissait acquise.





« Arbores Laetae » des architectes Diller Scofidio+Renfro



« Turning the Place Over » de l’artiste Richard Wilson


“Cercle et suite d’éclats” de l’artiste Felice Varini. Photo © DR
Vue de l'installation “Cercle et suite d’éclats” de l'artiste Felice Varini. Photo © DR
Vue de l'installation “Cercle et suite d’éclats” de l'artiste Felice Varini. Photo © DR



Image extraite de la série « lieu » de l’artiste Georges Rousse © Georges Rousse ADAGP
Image extraite de la série "lieu" de Georges Rousse © Georges Rousse ADAGP

Image extraite de la série « à travers le mur » de l’artiste Georges Rousse © Georges Rousse ADAGP
Image extraite de la série "à travers le mur" de Georges Rousse © Georges Rousse ADAGP

« Conical Intersection » (Biennale de Paris 1975) de l’artiste Gordon Matta-Clark, percée dans le vif d’un immeuble rue Beaubourg, face au Centre Georges Pompidou en construction. Photo © DR
Vue de "Conical Intersection" (Biennale de Paris 1975) de Gordon Matta-Clark , percée dans le vif d'un immeuble rue Beaubourg, face au Centre Georges Pompidou en construction.
Vue de "Conical Intersection" (Biennale de Paris 1975) de Gordon Matta-Clark , percée dans le vif d'un immeuble rue Beaubourg, face au Centre Georges Pompidou en construction.