Dom-Garcia-neon-buildings-1

Neon Buildings est un projet photographique mené par l’artiste Dom Garcia. Pierre-François Moreau, écrivain et critique d’art, nous éclaire sur ce travail documentaire et architectural.

« Les photographies de Dom Garcia s’inscrivent dans une démarche proche de la photographie documentaire définie par le photographe Martin Parr. C’est-à-dire “enregistrer et accumuler les signes de l’époque. La photo documentaire n’a pas de règles, on la perçoit quand on la voit.”

En photographiant ces immeubles, le but de Dom Garcia n’est pas seulement de témoigner d’une manière objective sur les “parents pauvres” d’une architecture produite par la nécessité de loger les gens dans les années 60-70, mais de se dire que, paradoxalement, ces immeubles ont finit par avoir leur vie propre et une certaine beauté extérieure avec le temps. Ce n’est pas par hasard si cette période le fascine, elle correspond à sa propre enfance dans la banlieue sud de Paris et c’est certainement pour cela que l’imaginaire a sa place dans ses photographies. La nuit est pour lui le moyen de percevoir ces paysages urbains d’une manière onirique malgré l’austérité apparente du sujet.

Dom-Garcia-neon-buildings-2

La perception de la réalité et sa déformation est le sujet récurrent dans toutes ses séries. La nuit avec ses éclairages urbains et les néons publicitaires accentue l’artificialité de la couleur. Tous ces éléments font que l’on ne perçoit plus la réalité telle qu’on a l’habitude de la voir.

La confrontation de mondes antagonistes est l’autre sujet sous-jacent qui revient dans ces paysages verticaux : ce qu’on voit et ce que l’on peut deviner hors-champ. Pour les photos d’immeubles, Dom Garcia les photographie comme des entités uniques, le plus souvent frontalement, comme un portrait, dans une sorte d’intimité avec le sujet alors qu’il faut bien se rappeler que tous ces immeubles sont au bord d’axes routiers ou ferroviaires très bruyants, même la nuit. Les néons publicitaires symbolisent ce monde extérieur puisqu’ils qu’ils représentent majoritairement des sociétés internationales.

Dom-Garcia-neon-buildings-3

A l’instar des nouveaux réalistes qui sortaient les objets de leur quotidien pour les donner à voir, Dom Garcia, avec l’aide de la nuit, révèle le quotidien le plus banal pour atteindre à une sorte de surréalité.

Le travail de Dom Garcia, que j’ai connu tour à tour peintre, dessinateur, infographe, photographe, tout au long des deux dernières décennies, s’inscrit toujours avec le même respect de la figure et la même exigence de la tension, révélant avec une constante et virulente élégance la précarité d’un “état des choses”. Tout en concentrant le théâtre social de la rue en des stigmates écorchés, nous rappelle à notre devoir de résistance contre le laminage identitaire, la compression des êtres sous les hordes des omnipotences aveuglées. »

Dom-Garcia-neon-buildings-4


http://www.galeriew.com/artistes/dom-garcia.html
http://www.flickr.com/photos/domgarcia